Notre-Dame-des-Landes, aéroport « vert » ?

fresque_humaine_contre_l_aeroport_juin-2006Le groupe Vinci a bien compris le message et insiste sur « l’intégration paysagère » du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Une vidéo en images de synthèse publiée en attente sur le site http://www.nantes.futuraeroport.fr/ laisse entrevoir des structures aux toits végétalisés et de nombreux arbres et arbustes donnant à l’ensemble un cachet résolument bucolique.

La construction de plain pied de l’aérogare basse consommation (norme BBC) permettra de réduire le nombre d’équipements fortement consommateurs d’énergie comme les escaliers mécaniques, les ascenseurs, les tapis à bagages…  Enfin, une centrale photovoltaïque produira de l’électricité destinée à alimenter l’ensemble du complexe.

Le premier aéroport à  Haute Qualité environnementale (HQE) en France devra en outre faire face à un grand nombre de contraintes visant à compenser certaines des lourdes atteintes à l’environnement qu’implique cette implantation encore contestée.

Il est vrai que communiquer sur les qualités de la mise en œuvre du projet permet d’oublier un temps le débat sur son opportunité…

Plus propre donc plus haut !

waterloo_towers_2En application de la loi de transition énergétique de 2015, un décret paru au Journal officiel du 29 juin dernier offre aux mairies la possibilité d’accorder un bonus de constructibilité pour les bâtiments exemplaires en matière de consommation énergétique. Ce bonus pourra attendre 30% dès lors que le projet prévoit une consommation d’énergie inférieure d’au moins 20% au plafond imposé par la réglementation thermique (RT 201).
Autrement dit, un immeuble de bureaux ou d’habitation pourra ainsi passer d’un programme de 2000 à 2600 mètres carrés. Une inflexion qui illustre la tendance à favoriser la densité et la hauteur dans la ville de main.
Cliquer sur ce lien pour consulter le décret.

Des applications pour « disrupter » la démocratie locale

vooter_128_opaOn a connu les flashmob, on connaissait Twitter, voici maintenant les applications de consultation en temps réel. Quatre communes du pays basque testent ainsi l’appli popvox, qui vise à communiquer plus simplement avec les élus locaux, et à informer en temps réel les habitants sur la vie locale. L’objectif est aussi de recueillir et de faire partager les suggestions de chacun sur l’amélioration de la vie quotidienne.
La start-up de Boulogne-Billancourt Vooter a lancé une application éponyme visant à la consultation en temps réel. Ainsi, à Bougival, les habitants ont été invité à se prononcer via leur smartphone sur l’implantation des bornes Autolib’ ou sur les horaires d’ouverture des services de la mairie. Grâce à la géolocalisation, les utilisateurs peuvent découvrir les projets de la ville et exprimer leur avis. Des solutions qui visent à « disrupter » la démocratie en facilitant le dialogue entre les usagers et la collectivité publique

Flottes d’autobus : une étude pour faire ses choix

bus_hybrid_man_-_chambery_2014La Centrale d’Achat du Transport Public (CATP) vient de publier une étude particulièrement riche sur les caractéristiques comparées des différents types de motorisation d’autobus.

Il en ressort un certain nombre d’enseignements permettant d’instruire les choix d’investissement des collectivités. On peut retenir globalement que –à matériel roulant de même capacité et de même emploi- le diesel reste la solution la moins coûteuse. Le gaz naturel pour véhicule (GNV) présente un surcoût de 8%, la motorisation hybride de 34% et l’électrique de plus de 100%. Pour autant, l’étude présente également un bilan des différents types d’émissions polluantes qui permet de relativiser cette seule approche financière. Enfin, elle évoque également de nouvelles technologies en cours d’expérimentation :l Hybride sans émission, la recharge en bout de ligne, le « biberonnage » (recharge à chaque arrêt) et les véhicules PAC (Pile à combustible).

Le texte complet de l’étude (23 pages) est disponible sur internet à l’adresse :
http://www.catp.fr/wp-content/uploads/2016/06/Etude-CATP-2016.pdf

Déploiement de la fibre optique : impossible d’en savoir plus!

 

imagesAutant de mails alléchants reçus, autant de déceptions. Quelle entreprise ou quel particulier n’a pas été assailli de messages invitant à souscrire sur le champ un abonnement à la fibre optique, dont les vertus techniques et ergonomiques prennent dans cette littérature des accents édéniques ?
Certes, la plupart de ces messages proposent une cartographie de la couverture réalisée ainsi que des liens vers des tests d’éligibilité. Mais attention ! Ceux proposés par les opérateurs renvoient les utilisateurs non éligibles à de mirobolantes offres à leurs services ADSL. C’est la principale lacune du site www.lafibreoptique.fr, qui renvoie vers les pages de principaux FAI. On peut lui préférer http://www.ariase.com moins invasif et plus exhaustif (il comprend notamment les offres du jeune opérateur Sosh).
Mais concrètement, s’il est facile de se renseigner sur le Plan France Très Haut Débit, impossible en revanche de connaître avec précision les échéances de raccordement immeuble par immeuble, ou même quartier par quartier.
Une opacité sans doute liée à l’ampleur et aux aléas des chantiers, mais qui nourrit un sentiment fortement déceptif chez les futurs abonnés.

Solar Impulse : l’exploit ! Et après ?

 

solar impulseParadoxe de la science : il n’aura fallu que huit ans à l’homme pour se doter des moyens de marcher sur la Lune, mais plus de seize pour parvenir à faire le tour du monde dans un avion propulsé sans hydrocarbures ! Mais le miracle est désormais accompli, avec la fin du tour du Monde de Solar Impulse. Dix-sept ans après son tour du monde en ballon (en moins de vingt jours), Bertrand Piccard, épaulé par André Borschberg, s’est posé le 23 juillet à Abou Dhahi, réalisant une prouesse technologique et sportive inouïe, qui ouvre la porte à une nouvelle ère du transport aérien, voire des modes de transports en général. Les prochains développements ? le projet SolarShip, un avion-cargo gonflé à l’hélium, capable de transporter 10 tonnes de fret en se déplaçant à une vitesse de 100 km/h. Sa première utilisation pourrait s’inscrire dans le secteur de l’aide humanitaire.

Un an pour les « bus Macron » !

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La loi Macron a aujourd’hui un an. Parmi les mesures les plus spectaculaires : la libéralisation du transport des personnes en autocar. Ce sont en effet près de quatre millions de personnes qui ont profité de cette nouvelle manière de voyager. Pourtant, des zones d’ombre subsistent : la concentration de l’offre autour de trois groupes de services permettra-t-elle le maintien des prix éminemment concurrentiels qui ont fait le succès de la formule ? Qui peut prendre la responsabilité d’aires de départ improvisées qui, à l’image de celle de la Porte Maillot à Paris, n’offrent aucun confort le plus rudimentaire aux voyageurs (zones abritées, toilettes…) ? Quid du bilan carbone de cet engouement populaire ? Enfin, quelles perspectives de développement compte tenu du désengagement progressif de la SNCF sur ses lignes déficitaires ? A suivre dans le N°3 d’Ecopolis

Interdiction des vieilles voitures à Paris : les automobilistes se rebiffent

ford fiestaL’association « 40 millions d’automobilistes » envisage d’engager une action en justice pour faire reconnaître le préjudice subi par les propriétaires des véhicules anciens touchés par les interdictions de circulation décidées par la ville de Paris. Depuis le premier juillet dernier, en effet, les véhicules de plus de 20 ans sont interdits dans la capitale.  Si l’association d’usagers insiste sur la dimension financière de cette décision, il faudra aussi évaluer son bien-fondé environnemental, son caractère de discrimination sociale et enfin les perspectives d’extension de la prohibition à d’autres véhicules polluants comme le diesel. Le site www.remboursemabagnole.com recueille dès maintenant les signatures des automobilistes mécontents. Des développements agités en perspective pour une mesure qui se voulait respectueuse du bien-être mais visiblement porteuse d’un malaise clairement exprimé.

Google lance des drones solaires pour faciliter l’accès à Internet

drone solaireLe géant des services sur Internet a racheté le fabricant de drones solaires américain Titan Aerospace . Ces appareils sont capables de se maintenir pendant cinq ans à une vingtaine de kilomètres d’altitude. Leur usage sera consacré à améliorer l’accès à l’internet dans les zones reculées. Ils rempliront donc des missions jusque là confiées à des satellites géostationnaires, mais à coût bien inférieur. Déjà dans un passé récent, Google avait réalisé des tests avec des montgolfières-relais.
De nombreuses rumeurs faisaient état de l’intérêt de Facebook pour cette démarche. Autrement dit, Facebook en rêvait, Google l’a fait…

Ecopolis n°2 – Bâtiment : la révolution énergétique

Enjeux

  • • Maîtriser et réduire la demande d’énergie dans le bâtiment :
    Vers une nouvelle révolution industrielle !
  • Le rôle essentiel de la fiscalité environnementale
    Les priorités européennes présentées par Stravos Dimas , commissaire européen en charge de l’environnement
  • Gérard Onesta, vice-président du Parlement européen :
    « En matière d’habitat, nous avons un retard énorme par rapport au Benelux, à l’Allemagne ou à la Scandinavie »

Infrastructures

  • Le Conseil général du Doubs : un acteur public exemplaire
    Claude Jeannerot, président du Conseil régional de Franche-Comté, et le Projet Doubs 2010:
    « Faire partager la passion de l’environnement »
  • • Géothermie : une inépuisable mine d’énergie propre
  • Michel Vampouille , vice-président du Conseil régional d’Île-de-France :
    « 30 à 35 % d’économies en un an sur tous les bâtiments soumis à un audit « 
  • • La CRE prépare l’ouverture des marchés du gaz et de l’électricité
    Philippe Ladoucette, président de la Commission de Régulation de l’Énergie

Services

  • Haute Qualité Environnementale : les normes énergétiques et environnementales
  • • Un entretien avec Xavier Pintat, sénateur de la Gironde, président de la FNCCR.
  • Alain Maugard, président de CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) :
    « Basculer vers des bâtiments à énergie positive « 
  • • L’Ademe favorable à l’individualisation du chauffage